[Enquête] 3 français sur 4 sont prêts à faire confiance à une femme pour réaliser des travaux chez eux... Mais où sont les femmes ?

77 % des Français.e.s se disent prêts ou prêtes à faire appel à une femme pour réaliser des travaux chez eux. Soit 3 Français.es. sur 4 ! C'est en toute honnêteté l'inverse de ce que nous pensions obtenir comme résultat au moment de démarrer notre enquête*...

Nous nous attendions plutôt à voir les statistiques de "perception" rejoindre celle de la réalité du terrain... Une réalité où même si certains métiers du bâtiment forment et embauchent des femmes, celles-ci sont encore extrêmement peu nombreuses (voir statistiques officielles plus bas)

Pourquoi ce décalage massif entre perception et réalité ? C’est l'objet de notre enquête, de nos interviews et de notre analyse du jour !

*Enquête réalisée par LesBricoleuses.fr en partenariat avec Google Surveys en Septembre 2018 auprès d’un échantillon de 1508 personnes représentatif de la population métropolitaine âgée de 18 à 69 ans.

Nous* faisons confiance aux femmes !

Cela mérite d'être répété : 3 Français.e.s sur 4 disent ne pas accorder d’importance au sexe de la personne qui viendra faire des travaux chez eux. Ils sont donc plus de 77 % a accepter l’idée qu’une femme puisse faire "un métier d’homme".

Après tout, quoi de plus normal ici, nous souhaitons tou.te.s que les travaux soient faits, et peu importe le GENRE de la personne qui réalisera nos projets, qu'en pensez-vous ?

Si l’on creuse un peu plus, on peut même se rendre compte que ce sont les hommes qui ont plus confiance en une femme pour leur travaux que les femmes.

En effet, si on leur pose la question de savoir à qui ils accorderaient leur confiance pour réaliser de gros travaux chez eux, ces messieurs répondent « peu importe ou ouvrière » alors que les femmes répondent « peu importe et ouvriER » (et nous osons espérer que cela n'a rien à voir avec le fantasme de la femme en uniforme 😉 ).

Et cette confiance n'est pas uniquement présente "hors" du domaine professionnel, mais comme nous allons le découvrir plus bas, elle y est ... limitée.

Nous avons interviewé des responsables des Compagnons Bâtisseurs, une association bien connue organisant des chantiers d’Auto-Réhabilitation Accompagnée, d’Auto-Construction Accompagnée, des animations collectives ou encore du prêt d’outils.

Dans cette association, 5 chefs de projets sur 6 ... sont des femmes. Une exception qui confirme la règle en quelque sorte. Les Compagnons Bâtisseurs ont d’ailleurs pour projet d’avoir plus de femmes sur le terrain !

Pourquoi ? Tout simplement parce que selon nos interlocuteurs, les femmes facilitent le dialogue. Il est vrai qu’elles vont compenser une moindre force physique que les hommes par d’autres atouts comme une meilleure organisation, un autre regard, une plus grande précision dans les gestes qui apportent finalement une complémentarité au travail d’équipe (source).

* Nous représentant ici l'échantillon ayant servi à réaliser l'enquête.

À la maison comme au travail, les femmes ont tendance à se cantonner aux tâches dites "féminines"...

De plus en plus de personnes font le choix de faire leurs travaux elles-mêmes, que cela soit du simple bricolage ou des plus gros travaux de rénovation.

Si les femmes sont de plus en plus nombreuses au rayon bricolage des grandes enseignes, il est évident comme nous le montre le graphique ci-dessous qu’elles restent en retrait sur certains travaux de bricolage bien masculins à la maison.

Une fois encore, la perception et la réalité sont relativement éloignées. Et pour le moment, l'intérêt des femmes interrogées pour les travaux manuels reste restreint à ceux qu'on "attribue" généralement au genre féminin (bricolage, jardinage, décoration) tandis que les travaux "masculins" ... restent majoritairement ... masculins !

action bricolage maison homme ou femme

De plus en plus présentes mais "invisibles" sur le terrain...

La confiance existe. C'est désormais avéré. Et pourtant, le rôle des femmes dans les métiers du bâtiment reste très "restreint"...

Sans grande surprise il faut le reconnaître, dans la majorité des cas, dans les métiers du BTP les plus prisés par les femmes, on trouve surtout des métiers de bureau et notamment dans le secteur administratif qui est en tête suivi de près du métier d’ingénieur, de dessinateur-métreur ou de commercial.

La raison est simple : plus les métiers sont rudes et plus les conditions de travail sont difficiles. Les femmes sont donc moins présentes dans ce type de métiers ! 

Entre 2016 et 2017, on constate cependant un maintien et même une légère croissance de la part des femmes dans les métiers du BTP.

Pour ce qui est des métiers dits manuels, l’évolution observée est soit positive mais relativement modeste, (de 3 à 6 %) soit on observe une chute jusqu’à 22%. Il est important toutefois de noter que certains métiers font exception à la règle. Il s’agit du métier de terrassier par exemple mais également chef de chantier ou encore constructeur de route. 

part des femmes metiers BTP

Evolution du % de femmes dans les métiers du BTP - Source https://www.metiers-btp.fr/

Ces métiers présentent en effet une croissance alors qu’ils sont au final très peu féminisés. Il faudra voir sur le long terme si cette croissance est simplement due à une campagne de recrutement ponctuelle ou si elle est réellement due à une évolution de fond...

Pourtant, les métiers du bâtiment évoluent... !

Si le milieu du bâtiment est encore aujourd’hui principalement masculin, celui-ci a cependant tendance à s’ouvrir aux femmes. Mais il y a encore de nombreux obstacles qui font que cette évolution n’est pas des plus rapides.

Pourquoi une évolution aussi lente ?

Les raisons sont nombreuses. Sans surprise, souvent sont évoquées les conditions de travail ou le manque de force physique. Qu’en est-il vraiment ?

Nos interlocuteurs sont d’accord pour dire que les conditions de travail ont évolué ces dernières années positivement avec notamment des machines plus sophistiquées qui permettent aux femmes d’exercer des métiers qui leur étaient autrefois interdits car ils reposaient principalement sur la force physique.

Autrefois, certains employeurs n’hésitaient pas à utiliser comme arguments le manque d’aménagement en vestiaires et sanitaires notamment. Mais cet argument ne tient aujourd’hui plus la route puisque la loi oblige à adapter les locaux professionnels afin d’accueillir les hommes ET les femmes dans les entreprises.

Le problème est que certaines entreprises n’ont pas les moyens notamment techniques mais également financiers pour aménager des vestiaires ou toilettes pour les hommes et pour les femmes.

Cette loi peut certes faire bouger les choses mais elle est difficile à appliquer pour certaines TPE très présentes dans le secteur du bâtiment. Et c'est donc un obstacle majeur à l'intégration plus poussée de femmes dans les entreprises qui créent de l'emploi en France !

"En France, la loi sur l'égalité HF est une sorte de malentendu : on 'force' les entreprises à négocier, et oui il y a des progrès à faire, et du potentiel pour faire bouger les lignes : on peut adapter les conditions de travail, recruter autrement, etc. Mais on ne peut pas recruter des femmes qui ne postulent pas... Je crois vraiment qu'il faut agir beaucoup plus tôt, au niveau de l'éducation, pour permettre réellement à chacun.e d'accéder aux jobs qui leur font envie, sans se laisser influencer par le 'genre' classique ou historique du métier !"

Fanny Schuller, Coach, Formatrice & Révélatrice de Talents

Une situation incongrue, et qui nous rappelle une scène de film (Les Figures de l'Ombre) où le responsable d'une équipe entière blanche et masculine décide de prendre les choses en main pour faciliter l'intégration et le respect pour un nouveau venu : une employée de couleur dont l'accès aux toilettes est "interdit" par les règles de cohabitation entre blancs et noirs...

Parmi les autres obstacles à l'intégration des femmes, nos différents interlocuteurs citent également :

  • Le fait que certains hommes ne veulent tout simplement pas de femmes dans leur entreprise..
  • Le fait que ce sont les femmes qui se mettent elles-mêmes des freins (à juste titre ?)
  • Les difficultés pour les femmes de trouver des entreprises pour une formation comprenant 2 ans d’apprentissage
  • Les freins mis par les familles, les proches, les enseignants

Le secteur s’ouvre et les choses évoluent

Il n'empêche, aujourd’hui, de nombreux métiers sont en pénurie de main-d’œuvre et parmi eux, les métiers du bâtiment. Pour faire face à cette pénurie, de plus en plus de chefs d’entreprise se tournent vers l’embauche de jeunes femmes.

Les mentalités ont également tendance à changer. Il n’est plus depuis quelques années rare de voir une femme exerçant un métier manuel. Les campagnes publicitaires de plus en plus nombreuses favorisent d’ailleurs cette ouverture d’esprit. Elles permettent aux femmes d’exprimer leur envie de faire un métier manuel, ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques années.

Avec un taux de chômage élevé et des perspectives de carrière qui se réduisent dans certains métiers, faire un apprentissage est aujourd’hui une alternative intéressante et qui permet d’évoluer d’un CAP à un diplôme Bac + 5.

Exemples de campagnes destinées à faciliter l'intégration des femmes dans le domaine du BTP : 

pub feministe BTP
femmes-metiers-batiment-concours
capeb 2012
"Les gens ont toujours l'image des métiers du bâtiment d'il y a 30 ans ! Les choses évoluent, nous avons BESOIN de recruter, et les gens ne le savent pas. D'où l'importance de changer cette perception !"

Elsa Fontanille - Responsable du Service Communication des Compagnons du Devoir

Le rôle de l'éducation pour faire évoluer les choses ...

L’éducation a aussi son rôle à jouer. Il est vrai que les jeunes filles sont en moyenne plus studieuses que les garçons. Elles ont donc de meilleurs résultats et de meilleurs dossiers scolaires. Elles sont donc le plus souvent encouragées à poursuivre des études plutôt qu'à faire un CAP (source), les déviant ainsi d'opportunités de carrières dans des domaines qui "demandent" ET ont besoin d'elles.

Celui-ci à d’ailleurs très mauvaise presse en France et l'idée de faire un CAP reste encore dans certains esprits synonyme d'échec scolaire, ce qui est bien sûr totalement faux de nos jours grâce aux parcours organisés et aux débouchés professionnels proposés.

D'ailleurs, 73,4 % des personnes interrogées affirment qu’elles encourageraient leur fille, nièce, etc... à exercer un métier manuel aujourd’hui

Il n’y a pas, aussi surprenant que cela puisse paraître, de décalage selon la tranche d’âge, les revenus ou le niveau d’études. On note toutefois que les femmes sont plus motivées à orienter leur fille vers un métier manuel que leurs maris, pères ou oncles. Ces derniers affirmant qu’ils orienteraient leur fille vers un autre métier.

Compte tenu de ces chiffres, il y a donc des choses à faire auprès des personnes (enseignants, CPE) qui ont le pouvoir d’influencer le choix des études puisque les parents ne s’opposent à pas à ce que leurs filles se dirigent vers des métiers manuels.

Qui pour faire vraiment bouger les choses ?

Il est clair que malgré les apparences et les chiffres, le sexisme est encore aujourd’hui bien présent. Les femmes s’imposent à elles-mêmes ou retranscrivent elles-mêmes le fait de ne pas se diriger vers ce type de métiers.

Car tout est une question d'entonnoir. Si à l'entrée de celui-ci la majorité des filles ne se voit pas proposer le choix d'un métier manuel, l'enchaînement semble inarrêtable... Il y a donc un énorme travail à faire encore et notamment au niveau de l’Education Nationale pour que de plus en plus de femmes se dirigent vers des métiers manuels !

Et vous, qu'en pensez-vous ? Avez-vous pensé à un métier manuel et été ré-orientée lors de vos études ? Avez-vous été confrontée à des difficultés liées à votre genre dans des métiers du bâtiment ? Encourageriez-vous une femme à poursuivre une carrière dans ce domaine ?

Exprimez-vous en commentaires, et alimentez le débat !

Infographie & Résultats Bruts de l'enquête

Infographie bricoleuses
Retrouvez les résultats complets et bruts de l'étude ici : https://surveys.google.com/reporting/survey?survey=twkkjb5ofkxc53xr2546ma55em

A propos de l’auteur

Bricoleuse, et pas que du dimanche (!!). J'aime autant me salir les mains qu'en prendre soin. Je me sens aussi à l'aise au jardin qu'à la cuisine, et sur ce site, je prends plaisir à partager avec vous tous mes conseils !

Laissez un commentaire 0 commentaires

Laissez un commentaire: